Le veux-tu mon corps ? Je te le donne.

 

Mon corps cette semaine, honnêtement, je l’aurais donné. Je pense pas que j’ai déjà eu aussi mal de ma vie. Je suis la chanceuse qui a eu une crise du côlon irritable + une gastro. L’enfer c’était chez nous.

Ce qui a fait mal à mon corps

Je suis allée la semaine passée dans un congrès. J’avais franchement hâte de sortir de ma routine. Mais j’avais tout de même peur. Deux jours sans pouvoir manger MA nourriture. Je ne voulais pas tout défaire ce que j’ai acquis depuis juillet ! Tu vois l’anxiété s’est mise à s’enclencher. Je me suis assurée de mettre des noix et de la crème d’amande pour mon café, Sté l’essentiel…

tchin-tchin

J’ai eu du fun, mais tellement de fun ! Pis j’ai bu, mon Dieu que j’ai bu, comme s’il y n’avait pas de lendemain. Ben, crois-moi, y’en a eu un. Pis il m’a rentré dedans comme un 10 roues. Je commençais à regretter. Comme une adolescente qui s’est fait prendre par ses parents, mais moi c’est par mon estomac et mes intestins. J’ai commencé tranquillement à gonfler. À me sentir mal. Plus je « feelais » pas, plus j’angoissais. Ah le maudit stress !

Je me rendais compte que ma gorge était en feu (j’aurais pu en cracher facilement), que mes articulations recommençaient à me torturer et un solide mal de cœur était de la partie. Je ne me contrôlais plus du tout. J’étais bête, fatiguée et j’avançais à rien. Une loque humaine. J’ai pris du retard dans beaucoup de trucs et je me sentais coupable. Tout pour m’aider à aller mieux.

Un appel qui a sauvé mon corps

Un matin, j’appelle Anne en pleurs. J’en peux juste plus. Je me sens lasse de tout ce processus. Je ne comprends vraiment pas où ça s’en va. Je suis pas censé aller mieux un moment donné ? Des efforts, j’en fais. De la bouffe que j’adore comme des lasagnes, j’ai fait une croix dessus pour ma santé, mais là, si je suis pour rusher comme ça, j’ai ben le goût de lâcher ça !

Ben non, j’ai eu seulement que quelques heures de découragement, car Anne m’a ramené à la réalité ! Elle m’a suggéré certaines choses et me rassure que ça finirait par mieux aller.

Juste ça ? Je suis sceptique, mais je vais tester…

3-4 jours plus tard, bien je sens déjà les bienfaits. Ce n’est pas parfait, certes, mais c’est doublement mieux. Ses conseils et son écoute m’ont été d’un grand réconfort. Ce processus, je le poursuis grâce à elle. Finalement, mon corps je vais le garder !

Alexandra 

Les chips m’ont littéralement sauté dans la bouche

J’aime les pique-niques, tu ne sais pas du tout à quel point. Les chips, les sandwichs, les salades de pâtes… Le bonheur. Qu’est-ce que je peux manger dans cette énumération ? Rien. Rien pantoute. C’est par choix, je sais. C’est surtout parce que je ne tolère plus d’être malade. Mais ça ne m’empêche pas de manger mes bas en voyant ce festin.

Je suis à cet événement familial et j’ai du fun. Je jase, je revois des gens que je n’ai pas vus depuis longtemps, il fait soleil… Le bonheur est dans la cabane. Les chips de maïs à la lime sont sorties sur la table. Je sens leurs odeurs m’appeler… Je vis une dualité. J’ai peur de les manger, car je sais que je ne pourrais plus m’en passer. Mais en même temps, quelques-unes… Juste quelques-unes…

Les chips ont gagné. J’en ai mangé, beaucoup. Je ne pouvais pu m’arrêter. Une vraie folle. Je n’ai par contre senti aucune once de culpabilité. J’étais contente, ça fitait avec mon feeling général. J’ai même rajouté un petit verre de rouge, tant qu’à être dans la joie.
En après-midi, j’ai commencé à gonfler. Solidement gonflé. J’étais enceinte de quoi, 4 – 5 mois, genre ? Là, je commençais à regretter. Bon, tu me diras :

Alex ! Ça sert à rien de regretter, faut vivre ! Tu l’as fait pis tu passes à autre chose.

En théorie, tu as parfaitement raison. En pratique, ben, c’est pas d’même que ça marche pantoute. Une bonne chance que j’étais en robe, crois-moi,  car j’aurais crevé un œil à quelqu’un à la force que mon bouton de pantalon aurait lâchée. Oui, je me sentais coupable.
Le soir, j’ai un souper d’amis. Dans mon cas, ce n’est jamais super de manger tard. L’acidité se forme dans mon estomac et je me sens mal. Je vois une belle salsa faite maison accompagnée de CHIPS DE MAÏS ! Noooooon !!! Elles me poursuivent ! Bon, j’ai tellement faim, je mange, sinon je serai pas d’humeur. La salsa est bonne ! Mais elle a plein de sucre. Pas grave, elle me saute dans la bouche toute seule.

Les_chips

J’ai déjà mal au ventre et j’en rajoute. C’est pas intelligent, je sais. Mais honnêtement, sur le moment, je m’en fous. Je passe une belle soirée, c’est ce qui compte.
Je ne dors pas de la nuit. Le lendemain, je mets des leggings, car mon ventre va exploser. Est-ce que je veux vivre comme ça ? Je suis si fière des progrès que j’ai ! J’ai 11 livres de perdues, des ongles 100X plus forts, ma peau est moins sèche et je dors mieux. Pourquoi Diable, je me laisserais guider par de la nourriture qui me fait mal ? Le plaisir pour moi est maintenant différent. Mon intuition guide mes choix en fonction de ma santé. Et le vrai bonheur, c’est exactement ça.

Maux_ventre