L’anxieuse commence son alimentation paléo

Sérieusement, je suis un cas lourd ! Sté une fille qui mange mal, bois trop, avec l’hygiène de sommeil déficiente (eu quessé ça une hygiène de sommeil) et anxieuse par-dessus le marché. C’est ben simple, je suis une bombe à retardement.

Alexandra

J’ai toujours envié les gens qui sont capable d’avoir une habitude de vie et surtout de la garder. Les miennes ne durent jamais plus que quelques mois. Je suis hyper motivée, je veux changer le monde, je perds du poids, je m’entraîne et drôlement ça disparaît comme de la neige en juillet. Ensuite, embarque le cycle de la culpabilité et de l’auto flagellation.
Alex! T’es pas bonne! Tu n’es pas capable de rien continuer. Tu lâches tout ce que tu entreprends. Come on

Je sais, ça donne franchement rien d’aller-là. Mais que veux-tu, mon côté anxieux ressort souvent.
Une certaine semaine du mois de juillet, je feel mal.

 

Je suis incapable d’identifier d’où vient ce mal, mais je sais que ma santé se détériore de jour en jour. Jusqu’au fameux vendredi matin où je suis incapable de me lever. J’ai de l’inflammation partout. Mes articulations ne plient pu. Mon dos me fait souffrir X1000 et ma gorge est en feu.
Ben voyons donc! Qu’est-ce qui se passe avec moi? Ça y est, j’ai la sclérose en plaques (mon côté anxieux, encore une fois.)
Désespérée, oui oui, désespérée, je contacte Anne. Je pleure et je ne comprends pas ce qui m’arrive. Doucement, elle me conseille de changer mon alimentation.
QUEOI ?
Mon corps ne supporte plus mon mode de vie. Il me parle et fort en plus. Si je veux être encore là pour ma fille, je dois changer pis toute suite. Dramatique? Pas tant que ça.
C’est là que j’ai décidé de suivre du coaching avec Anne. Le meilleur investissement de ma vie. Elle sera là les jours où j’aurais les blues de mes produits laitiers. Elle m’accompagnera dans l’amélioration de ma qualité de vie. Je suis heureuse !
1 semaine plus tard…
Je suis sur le coin de mon comptoir de cuisine pis, je pleure. Pas un peu, à chaudes larmes ! Je me sentais découragée et surtout seule au monde. Voir mon chum et ma fille manger de bonnes crêpes au blé et bourrées de sucres comme j’aime me fait flipper.  En fait, ce genre de farine ne fait plus partie de mon quotidien alors imagine le sucre raffiné.

Quel malheur ! À ce moment, je voyais tout en noir.

crying

2 semaines plus tard…
J’ai poursuivi et je n’ai surtout pas lâché. Je suis allée chez TAU, Bulk-Barn et chez Rachelle-Bery et j’ai acheté des trucs qui me plaisaient. Je me suis fait plaisir. J’en avais besoin. Car ce n’est pas vrai que maltraiter mon corps me faisait plaisir, right ?
Je me sens déjà dégonflée, bien dans ma peau et mes ongles n’ont jamais été aussi blancs ! En 14 jours, c’est malade !
Finalement, c’est ça être bien ? Je vais continuer, certain !

PS. Tu pourras suivre mon parcours du bonheur pour les prochains mois. Tu y liras, mes hauts et mes bas et surtout le bonheur de manger paléo pour ma santé et mon bien-être !

Au plaisir !

 

compter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.